7 secrets pour élever un enfant heureux

Qu’est-ce qui rend un enfant heureux ?

Nous voulons tous les mêmes choses pour nos enfants. Nous voulons qu’ils grandissent en aimant et en étant aimés, qu’ils poursuivent leurs rêves, qu’ils trouvent le succès. Mais surtout, nous voulons qu’ils soient heureux. Mais quel contrôle avons-nous sur le bonheur de nos enfants ?

Mon fils, Jake, qui a maintenant 7 ans, est un enfant plutôt sombre depuis sa naissance, tandis que ma fille de 5 ans, Sophie, est toujours ensoleillée. Jake se réveille grincheux. Il l’a toujours été. Sophie, par contre, accueille chaque jour avec un sourire. Évidents dès la petite enfance, leurs tempéraments proviennent, au moins en partie, de leurs gènes. Mais cela ne veut pas dire que leur bonheur ultime est prédéterminé, assure le docteur Bob Murray, auteur de Raising an Optimistic Child : A Proven Plan for Depression-Proofing Young Children-for Life (McGraw-Hill). « Il peut y avoir une propension génétique à la dépression, mais nos gènes sont malléables et peuvent être activés ou désactivés selon l’environnement », dit-il. « La recherche montre clairement que les enfants heureux et optimistes sont le produit de foyers heureux et optimistes, quelle que soit leur constitution génétique ».

Que pouvez-vous faire pour créer un foyer où le bonheur de votre enfant s’épanouira ?

Favoriser les connexions

Le moyen le plus sûr de favoriser le bien-être émotionnel de votre enfant tout au long de sa vie est de l’aider à se sentir en contact avec vous, les autres membres de la famille, les amis, les voisins, les garderies et même les animaux de compagnie. « Une enfance connectée est la clé du bonheur », déclare le docteur Edward Hallowell, pédopsychiatre et auteur de The Childhood Roots of Adult Happiness. Le Dr Hallowell cite comme preuve l’étude longitudinale nationale sur la santé des adolescents, à laquelle ont participé quelque 90 000 adolescents, dans laquelle la « connexité » – le sentiment d’être aimé, compris, désiré, reconnu – est apparue comme étant de loin le plus grand protecteur contre la détresse émotionnelle, les pensées suicidaires et les comportements à risque, notamment le tabagisme, la consommation d’alcool et de drogues.

 

 

Heureusement, nous pouvons cimenter le lien principal et le plus crucial de notre enfant avec nous – simplement en lui offrant ce que le Dr Hallowell appelle l’amour fou qui n’arrête jamais. « Cela peut sembler farfelu, et c’est souvent considéré comme acquis », dit-il, « mais si un enfant n’a qu’une seule personne qui l’aime inconditionnellement, c’est ce qui se rapproche le plus d’une inoculation contre la misère ». Mais il ne suffit pas de posséder cet amour profond, il faut aussi que votre enfant le ressente, dit le Dr Hallowell. Prenez votre bébé dans vos bras autant que possible, répondez avec empathie à ses cris, lisez-lui à haute voix, mangez, blottissez-vous et riez ensemble.

En attendant, donnez-lui aussi la possibilité de nouer des liens affectifs avec les autres, conseille la sociologue Christine Carter, docteur en philosophie, directrice exécutive du Greater Good Science Center de l’université de Californie à Berkeley, une organisation qui se consacre à la compréhension scientifique du bonheur. « Nous savons, grâce à 50 ans de recherche, que les connexions sociales sont un facteur de bonheur incroyablement important, voire le plus important », déclare Mme Carter. « Et ce n’est pas seulement la qualité, mais aussi la quantité des liens : plus votre enfant crée de liens, mieux c’est ».

N’essayez pas de rendre votre enfant heureux

Cela semble contre-intuitif, mais la meilleure chose que vous puissiez faire pour le bonheur à long terme de votre enfant est peut-être d’arrêter d’essayer de le rendre heureux à court terme. « Si nous mettons nos enfants dans une bulle et que nous leur accordons tous leurs souhaits et désirs, c’est ce qu’ils grandissent et attendent, mais le monde réel ne fonctionne pas de cette façon », déclare Bonnie Harris, fondatrice de Core Parenting, à Peterborough, New Hampshire, et auteur de When Your Kids Push Your Buttons : et ce que vous pouvez faire pour y remédier.

Pour éviter de trop gâter votre enfant, reconnaissez que vous n’êtes pas responsable de son bonheur, insiste Mme Harris. Les parents qui se sentent responsables des émotions de leurs enfants ont beaucoup de mal à leur permettre de ressentir de la colère, de la tristesse ou de la frustration. Nous intervenons immédiatement pour leur donner ce que nous pensons pouvoir leur apporter un sourire ou pour résoudre ce qui leur cause de la détresse. Malheureusement, prévient M. Harris, les enfants qui n’apprennent jamais à gérer les émotions négatives risquent d’être écrasés par elles à l’adolescence et à l’âge adulte.

Une fois que vous aurez accepté que vous ne pouvez pas faire ressentir à votre enfant le bonheur (ou toute autre émotion d’ailleurs), vous serez moins enclin à essayer de « réparer » ses sentiments – et plus susceptible de prendre du recul et de lui permettre de développer les capacités d’adaptation et la résilience dont il aura besoin pour rebondir après les inévitables revers de la vie.