Comment les enfants apprennent à jouer

Nous avons tous entendu le vieil adage selon lequel le jeu est le travail d’un enfant… mais saviez-vous que leur travail commence à la naissance ? Et que, peut-être un peu comme votre propre cheminement de carrière, le parcours de jeu d’un enfant suit une trajectoire prévisible où les compétences et le savoir-faire glanés dans un « travail » se répercutent sur le suivant, puis sur le suivant. Vous vous demandez si votre enfant est débutant ou s’approche du statut de directeur général ? Voici la répartition des six étapes classiques du jeu… et comment tirer le meilleur parti de chacune.

Jeu inoccupé : de la naissance à 3 mois

C’est peut-être difficile à croire, mais oui, même les nouveau-nés commencent à comprendre le pouvoir et le but du jeu. Bien que votre précieux bébé ne ramasse sûrement pas un camion pour vroom-vroom partout sur le sol, il s’imprègne beaucoup de la façon dont vous « jouez » avec lui, qu’il s’agisse de chanter, de se balancer, de secouer un hochet ou de le poser. pour le temps sur le ventre.

Les jeunes bébés sont également très intéressés à bouger et remuer leurs bras et leurs jambes ; leurs mains et leurs pieds ; et tout le reste. Avec cela, ils apprennent comment leur corps bouge… ce qui est important pour les étapes ultérieures du jeu. Suscitez leur intérêt avec des activités sensorielles (chatouillements, baisers de papillons, massage de bébé) qui familiarisent votre bébé avec son corps.

Jeu solitaire : 3 mois à 2 ans

Trois mois est un stade approximatif ici. Au fur et à mesure que la vision de votre bébé s’améliore et peut prendre des teintes plus vives et des couleurs et des textures contrastées, plus il s’intéressera aux objets qui l’entourent. Pour les plus petits, cela signifie se prélasser sur un tapis de jeu ou une salle de sport et frapper, serrer, froisser et regarder des jouets et des objets… sans votre aide. Ici, l’objectif principal de votre enfant est d’explorer en touchant, saisissant, goûtant et regardant.

Au fur et à mesure que les bébés progressent vers la petite enfance, vous craignez peut-être que votre enfant ne soit pas du tout intéressé à partager des jouets avec d’autres enfants. Vous pouvez également craindre que votre tout-petit ne semble pas être conscient de ce que font les autres enfants autour de lui. Rassurez-vous, tout cela est tout à fait normal ! En fait, les enfants n’ont souvent pas les compétences de communication pour jouer efficacement avec d’autres enfants jusqu’à (au moins) l’âge de 24 mois (et souvent jusqu’à 30 mois).

À l’heure actuelle, les jouets de cause à effet de base, y compris les instruments de musique simples, sont les premiers choix, tout comme les labyrinthes de perles, les puzzles, les livres interactifs., tables d’activités et cuisines ludiques. (Voici quelques autres jouets que les enfants de 2 ans adorent.)

Jeu de spectateur : 2 à 3,5 ans

Les tout-petits vont et viennent entre le jeu indépendant et le jeu des spectateurs. Avec le jeu de spectateur, votre enfant regarde pendant que d’autres enfants participent à une activité. (Tout groupe d’enfants est un jeu équitable, mais les tout-petits aiment particulièrement regarder les enfants plus âgés jouer.) Bien que vous puissiez supposer que votre enfant est trop nerveux ou timide pour participer au jeu, sachez que rester à l’écart est une étape normale de développement. . Votre enfant n’est pas simplement assis les bras croisés. Au lieu de cela, ils surveillent activement et recueillent des informations sur les règles sociales du jeu et les relations, et sur la façon dont le jeu est joué.

Répondez aux besoins des spectateurs de votre enfant en les emmenant dans les parcs locaux, les aires de jeux et les bacs à sable où il y a beaucoup d’occasions de regarder. Parfois, votre enfant s’assoit ou se tient debout près d’autres enfants qui jouent sans s’impliquer. Mais d’autres fois, ils peuvent applaudir quand la figurine d’action d’un enfant bat un méchant ou poser des questions et donner des suggestions sur ce qu’ils observent. Et allez-y et organisez des dates de jeu… ne vous inquiétez pas si les enfants n’interagissent pas.

Jeu parallèle : 2 à 4 ans

Cette étape chevauche le jeu solitaire et spectateur. Avec le jeu parallèle, les tout-petits continuent d’enrichir leur répertoire de jeu, se déplaçant au-delà de la périphérie et se rapprochant du centre de l’action… ou plus exactement cote à cote l’action. Ici, les enfants jouent les uns à côté des autres avec le même jouet ou la même activité, mais ils ne jouent pas nécessairement ensemble ni même beaucoup interagissent. Imaginez deux tykes, le ventre sur le sol, construisant des structures de blocs séparées ou poussant leurs propres choo-choos dans des directions opposées, ou une poignée d’enfants coloriant ou moulant de l’argile à une table commune.

Il peut sembler que votre enfant ignore simplement son camarade de jeu, mais la réalité est que votre enfant commence à comprendre exactement comment s’engager avec ses pairs… de plus, il pratique de nouvelles compétences de jeu. Pour encourager le jeu parallèle, gardez les dates de jeu petites, en ajoutant seulement un ou deux enfants au mélange afin que votre enfant ne soit pas submergé. Offrez au groupe des jouets à partager, comme une poubelle ou des blocs, des voitures, des figurines d’action ou des jouets en peluche, ou installez des livres à colorier, des pages d’autocollants ou de la pâte à modeler.

Jeu associatif : 3 à 4 ans

Développement passionnant : la durée d’attention de votre enfant s’allonge et il commence à avoir envie d’interaction enfant-enfant pendant la récréation ! Vous remarquerez que votre enfant s’adonne davantage à des activités comme se déguiser avec d’autres enfants, partager une cuisine jouet ou un banc à outils, ou utiliser l’équipement de terrain de jeu avec ses pairs. Tout cela relève du jeu associatif.

Ici, chaque enfant est toujours concentré sur lui-même, inventant ses propres règles ou faisant semblant d’intrigues… et le jeu lui-même n’est pas structuré et n’a pas d’objectif commun. Cependant, votre enfant parle avec d’autres enfants et partage des fournitures de jeu, ce qui contribue à améliorer les compétences linguistiques et de résolution de problèmes, et introduit le tour de rôle et la coopération sociale. De plus, c’est la première étape vers la construction d’amitiés! (D’ailleurs, inscrire les enfants à l’école maternelle offre de nombreuses façons de nourrir leur nouveau désir de jouer avec les autres.)

Jeu coopératif : 5 ans et plus

Votre enfant joue-t-il, fait-il semblant ou crée-t-il avec un autre enfant ou des enfants ? Félicitations! Votre tout-petit est entré dans la phase de jeu coopératif, avec des règles et/ou des objectifs de groupe. Désormais, tout ce qu’ils ont appris au cours des autres étapes du jeu sera mis à profit lorsque votre enfant apprendra à faire des compromis, à tour de rôle, à partager, à s’engager dans la résolution de conflits et à réguler ses émotions à l’envers. (Ce n’est pas un mince exploit !)

Pour aider à développer les compétences de jeu coopératif en développement de votre enfant, continuez avec de petites dates de jeu, mais encouragez maintenant des activités courtes avec des règles clairement définies, comme une partie de «Go Fish» ou une partie de kickball. Vous remarquerez également que certains favoris de jeu antérieurs prennent maintenant un virage coopératif : le jeu de voiture côte à côte se transforme en un jeu de course avec des règles, jouer au restaurant et à l’épicerie peut l’emporter simplement sur la simulation dans la cuisine de jeu et l’habillage individuel. peut maintenant avoir un thème ou une histoire coordonnée.

Pour en savoir plus sur la façon de développer les compétences de jeu de votre enfant, consultez :

Voir plus de messages étiquetés tout-petit, éducation et apprentissage

Vous avez des questions sur un produit Happiest Baby ? Nos conseillers se feront un plaisir de vous aider ! Contactez-nous à customercare-eu@happiestbaby.com.

Avis de non-responsabilité : les informations sur notre site ne constituent PAS un avis médical pour une personne ou une condition spécifique. Il s’agit uniquement d’informations générales. Si vous avez des questions médicales ou des inquiétudes concernant votre enfant ou vous-même, veuillez contacter votre fournisseur de soins de santé. Le lait maternel est la meilleure source de nutrition pour les bébés. Il est important que, lors de la préparation et pendant l’allaitement, les mères aient une alimentation saine et équilibrée. L’allaitement combiné au sein et au biberon au cours des premières semaines de vie peut réduire la production de lait maternel et il est difficile de revenir sur la décision de ne pas allaiter. Si vous décidez d’utiliser des préparations pour nourrissons, vous devez suivre attentivement les instructions.